July 30, 2021

 

 

A l’approche du déconfinement, la JNA dresse une liste de ces idées fausses pour encourager les Français à intégrer l’audition dans leur suivi médical.

 

Rappelant que de nombreuses consultations médicales ont été repoussées lors des confinements successifs, l’association souligne l’importance de préserver son audition et de l’inclure dans son suivi médical. Sa dernière enquête a montré que ce sujet est passé au 5e rang des préoccupations santé des Français. La JNA recense 5 idées reçues erronées, qui circulent encore trop largement :

  1. L’audition est l’affaire des seniors

30 % des télétravailleurs déclarent éprouver des gênes de compréhension de la parole et les jeunes font partie des utilisateurs les plus intensifs de casques et oreillettes, délétères pour l’ouïe.

  1. Les oreilles s’habituent au bruit

Les bruits de forte intensité ou continus sont sources de traumatismes auditifs ou causes de stress, fatigue, qui impactent la santé en général.

  1. La consultation ORL, c’est uniquement quand on a un problème

Un bilan est la seule façon de connaître l’état de son capital auditif.

  1. Lorsque surdité ou acouphènes s’installent, il n’y a rien à faire

Non seulement des solutions existent, mais la correction du déficit auditif est un facteur central dans la prévention du déclin cognitif.

  1. Consultation ORL et solutions auditives ne sont accessibles qu’aux personnes ayant de bons revenus

Les consultations ORL sont prises en charge, notamment dans les centres hospitaliers, et, depuis l’entrée en vigueur du 100 % santé, les Français peuvent avoir accès à des appareils auditifs sans reste à charge.