September 20, 2021

 

 

S’appuyant sur la journée mondiale du bien-être, le 12 juin, l’enseigne a dévoilé les chiffres d’une enquête menée auprès des patients acouphéniques suivis dans son réseau d’experts.

 

Selon l’étude menée par Amplifon en mai dernier auprès de plus de 1 500 personnes présentant des acouphènes et prises en charge dans le réseau, plus de la moitié d’entre elles avait un déficit auditif associé, en moyenne autour de 31 dB. L’âge moyen de ces patients est de 63 ans, contre 75 ans pour l’ensemble des malentendants appareillés par l’enseigne. Plus la personne acouphénique est jeune, plus elle se déclare gênée. Amplifon a mis en place un réseau de 300 centres spécialisés dans la prise en charge des acouphènes et est partenaire de l’Association francophone des équipes pluridisciplinaires en acouphénologie (Afrepa) depuis plus de 10 ans. Au total, 187 audioprothésistes, spécifiquement formés au dépistage et au bilan – incluant audiométrie haute fréquence, test d’inhibition, acouphénométrie – orientent vers des consultations ORL et proposent des solutions adaptées à chaque cas. Les aides auditives peuvent en faire partie, parmi d’autres approches thérapeutiques (sophrologie, psychothérapie, cure thermale etc.). « Nous voyons trop souvent des personnes qui viennent nous voir en dernier recours, après des années de gêne, constate Eric Rauber, responsable du réseau d’expertise Acouphène Amplifon. Avec un diagnostic et des réglages adaptés, les solutions auditives peuvent être une solution efficace. Mes patients sont souvent surpris et me disent qu’ils auraient aimé connaitre cette possibilité plus tôt. »