June 27, 2022

 

 

Jusqu’à présent, les théories scientifiques modélisaient le traitement de la parole par le cerveau comme chronologique et hiérarchisé : perception des sons puis décodage des mots. De nouvelles observations remettent en question cette représentation.

 

Des chercheurs du département de neurochirurgie de l’université de Californie à San Francisco et leurs collègues de McGill à Montréal, ont observé les manifestations cérébrales chez des patients qui avaient été équipés d’électrodes dans le cadre d’un traitement. Leurs recherches avaient pour but de mieux décrire la façon dont nous comprenons la parole. En effet, jusqu’à présent, les modèles théoriques n’avaient pu être entièrement validés par des observations, le cortex auditif se situant dans une zone peu accessible du cerveau. Ils présupposaient que les informations acoustiques, transmises par la cochlée, étaient d’abord traitées avant qu’une autre partie du cerveau s’active pour interpréter ces sons comme des mots intelligibles. L’étude publiée cette semaine porte sur un petit nombre de patients (neuf) mais sur une longue période, 7 ans. Les enregistrements simultanés des réactions du cortex auditif et des zones adjacentes lors de l’écoute de phrases courtes semblent indiquer qu’ils ne s’activent pas successivement mais qu’ils travaillent en parallèle. Cette découverte « soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponse », selon les auteurs de la publication eux-mêmes, mais constitue un progrès vers une représentation plus exacte du mécanisme qui va de l’ouïe à la compréhension d’un message langagier.

 

*Parallel and distributed encoding of speech across human auditory cortex, Liberty S. Hamilton, Yulia Oganian, Jeffery Hall, Edward F. Chang, Cell, août 2021.