October 26, 2021

 

A l’occasion de la Semaine bleue, l’enseigne rend publique une étude réalisée par CSA Research, qui décrypte le nouveau rapport à la santé des 50 ans et plus.

Parmi les constats généraux de cette étude*, on notera que les “seniors” (ici 50 ans et plus) se sentent majoritairement bien – 68 % jugent positivement leur état de santé en général, 63 % pour la santé physique – mais que la moitié (48 %) s’estime « à risque » en raison de pathologies, de son âge… Globalement, la crise sanitaire a été plutôt bien supportée. 18 % l’ont mal ou très mal vécue du point de vue de leur santé physique (29 % du point de vue moral dont 5 % de « très mal »). Pourtant, près de 1 senior sur 5 a dû renoncer à des soins pour cette raison – 23 % pour les 50-64 ans. La période a aussi renforcé les inquiétudes d’une personne sur 4 concernant sa santé physique. Plus de la moitié des répondants (54 %) disent ne pas en prendre plus soin qu’avant la pandémie.

Utilisant la technique statistique de la typologie, CSA Research estime que la population senior se segmente en 4 profils : « les proactifs » en matière de santé et de prévention (36 %), « les hédonistes » qui ne se préoccupent par vraiment de ces questions (27 %), « les fatalistes » (23 %), très impactés par la crise, qui se montrent résignés par rapport aux actions préventives et « les fragilisés » dont la situation a été aggravée par la crise (14 %).

La prévention revêt une importance fondamentale, 97 % des 50 ans et plus en sont convaincus. Dans ce domaine, ils privilégient l’alimentation, la vie sociale, les convocations aux dépistages par l’Assurance maladie, les bilans de santé et l’activité physique. Les répondants estiment avoir plutôt une bonne vue et une bonne audition mais ils ont conscience de la baisse de leurs capacités auditives, à partir de 75 ans.

Audika scrute les seniors et leur santé auditive après la crise sanitaire
Audika scrute les seniors et leur santé auditive après la crise sanitaire

Parmi les 20 % qui éprouvent des troubles de l’audition mais ne sont pas appareillés, la moitié pense ne pas avoir besoin d’aides auditives, un tiers se dit « habitué à gérer [ses] difficultés », 29 % évoquent des raisons financières (39 % chez les retraités). On voit aussi, dans la diapo ci-dessous, que si l’appareillage ne souffre apparemment plus beaucoup de la stigmatisation – dans les déclarations faites, au moins – le cliché des aides auditives inconfortables a la vie dure.

Audika scrute les seniors et leur santé auditive après la crise sanitaire

« Cette étude vient renforcer nos messages autour de la prévention, de l’accompagnement et de la proximité avec nos clients. C’est d’autant plus important lorsque l’on sait qu’en matière de santé auditive la prévention est la clé pour combattre le premier frein à l’appareillage : le déni de surdité ! », analyse Claire Pernot, directrice marketing et communication d’Audika. L’enseigne sera présente au Salon des seniors jusqu’au samedi 9 octobre, au sein de l’espace « Ma santé ».

Zoom sur les usages digitaux

Le sondage Audika-CSA Research fait aussi un point sur le rapport des seniors aux outils numériques : ils sont trèsUsages digitaux majoritairement à l’aise (moins avec l’augmentation en âge). 72 % téléchargent des applis, 62 % ont un compte sur un réseau social, 39 % ont déjà suivi leur activité physique sur leur smartphone. La crise sanitaire les a amenés à intensifier certaines de leurs pratiques (consulter les infos, faire des achats) et à s’intéresser à de nouveaux usages : appels visio (27 % le faisaient, 22 % s’y sont mis), click and collect (24 % l’utilisaient, 16 % le font depuis la crise), courses alimentaires en ligne (le pourcentage a doublé, passant de 18 à 36 % de seniors le pratiquant).

* Questionnaire auto-administré en ligne, réalisé entre le 23 juillet et le 3 aout 2021, auprès d’un échantillon de 1 005 personnes âgées de 50 ans et plus, représentatif de cette population.