June 29, 2022

 

En tant que recruteur, vous êtes amené à faire passer un, voire plusieurs entretiens d’embauche à des audioprothésistes, jeunes ou expérimentés. Que ce soit à distance ou en face-à-face, comment se préparer au mieux à cet échange ? Comment limiter le risque d’un « mauvais casting » ? Stéphane Gratien, audioprothésiste indépendant, qui cogère 8 centres en Charente-Maritime, partage sa méthodologie.

 

Etape 1 : La prise de contact informelle

Pour Stéphane Gratien, cogérant de La Solution Auditive (10 salariés, 8 centres auditifs), un bon processus de recrutement démarre par un échange qui, du moins pour le premier entretien, laisse totalement de côté la fiche de poste : « L’objectif de cette prise de contact, par visioconférence, est de faire connaissance. On s’intéresse à la personne, à son parcours professionnel mais aussi à ce qu’elle aime. Pour nous, qui sommes implantés en Charente-Maritime, il est également important que le candidat se projette dans la région à moyen terme ». La question du salaire n’est pas encore abordée.

 

 

Etape 2 : Le test du questionnaire

Suite à ce premier échange, le candidat reçoit un questionnaire à remplir. Temps requis pour le compléter : environ 1 heure. « Ce qui m’intéresse presque tout autant que les réponses, c’est que le candidat aille au bout. Il s’agit de tester sa motivation », souligne Stéphane Gratien. L’expérience lui a montré que recevoir en entretien d’embauche une personne qui n’avait pas terminé le questionnaire « faute de temps » s’est toujours avéré décevant.

 

 

Préparer un entretien d’embauche : l’audioprothésiste Stéphane Gratien nous présente sa méthode

Stéphane Gratien et Yohan Ménard, cogérants de La Solution auditive.

Etape 3 : L’entretien en face-à-face

La rencontre avec le candidat, en face-à-face, va permettre de creuser un peu plus ses motivations et sa personnalité. Plutôt qu’une posture d’examinateur, le recruteur doit adopter une posture d’ouverture : « Il ne faut pas attendre le candidat idéal, mais imaginer comment on va pouvoir travailler avec la personne que l’on a en face de soi ». Ecoute et bienveillance sont les maitres-mots, d’après le cogérant de la Solution Auditive, qui ajoute qu’on ne peut pas attendre d’un junior fraichement recruté un parcours sans faute : « l’exigence vient au bout de 3 ans ».

 

 

Etape 4 : Être attractif

Pour être attractif, le recruteur doit lui aussi “vendre” son enseigne et faire en sorte que ses équipes soient contentes de venir travailler le matin. « Être bien dans son poste est très important. On a un métier passionnant, qui offre des salaires corrects : il n’est pas normal de ne pas être bien au travail », insiste Stéphane Gratien. Cette bonne image, son enseigne la cultive aussi auprès de ses stagiaires et, au passage, en se constituant ainsi un réseau de futurs candidats potentiels.