May 28, 2022

 

 

L’intersyndicale LDS dénonce la composition du Conseil national de la certification périodique (CNCP), dans laquelle les « organisations syndicales représentatives des libéraux sont totalement marginalisées ».

 

Un décret vient d’établir le fonctionnement et la composition de la CNCP, nouvelle institution chargée d’organiser et de suivre la certification périodique désormais obligatoire pour 7 professions de santé disposant d’un Ordre (médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, infirmier, masseur-kinésithérapeute et pédicure-podologue). Le Conseil est présidé par Lionel Collet. Son organisation interne comprendra une instance collégiale et des commissions professionnelles. Les LDS déplorent que, malgré leurs alertes préalables à la publication du décret, les libéraux soient « totalement marginalisés avec seulement 2 sièges » soit « moins de 1 % du total des sièges au sein de la gouvernance de la certification périodique ». Sur le fond, ils regrettent que les Ordres professionnels soient placés « en première ligne du dispositif » et que les organisations représentatives des libéraux en soient écartées. Le syndicat de médecins généralistes CSMF a pris, par voie de communiqué, une position équivalente. Les LDS dénoncent un « mépris » à leur égard et appellent « les 450 000 professionnels de santé libéraux au boycott pur et simple aussi longtemps que leurs syndicats représentatifs seront exclus du pilotage de la certification périodique ».