October 19, 2019

La dernière édition du panorama de la Drees sur la complémentaire santé montre une progression de la prise en charge de l’audioprothèse depuis 2011, qui laisse cependant un reste à charge important pour une majorité de patients.

Dans son ouvrage « La complémentaire santé : acteurs, bénéficiaires, garanties », la Drees apporte un éclairage pointu sur le marché des Ocam. Elle détaille notamment les évolutions des garanties pour les différents postes de soins, dont les appareils auditifs. L’organisation souligne qu’en 2016, 0,6 % de la population a acheté une aide auditive, soit 2,3 % des personnes de 65 ans ou plus. A cette date, le prix moyen d’achat d‘un équipement pour une oreille s’élevait à 1 560 euros et la moitié des bénéficiaires d’une assurance complémentaire disposait d’une garantie de remboursement inférieure à 1 000 euros. « Pour l’achat d’une paire d’audioprothèses au prix médian (3 000 euros), peu de bénéficiaires (2 %) disposent d’une garantie conduisant à un reste à charge nul. De plus, les meilleures garanties sont surtout présentes dans les contrats collectifs, qui ne couvrent que 12 % des bénéficiaires de plus de 65 ans », souligne l’étude.

Selon la Drees, 20 % des bénéficiaires de contrats collectifs disposent d’une garantie conduisant à un reste à charge nul pour l’achat d’une paire d’audioprothèses au premier décile de prix (2 100 euros), contre 2 % des assurés en contrats individuels. Néanmoins, un tiers des bénéficiaires de contrats individuels disposent d’une garantie supérieure ou égale à 1 300 euros, alors que 40 % des personnes protégées par un contrat collectif disposent d’une garantie inférieure. Entre 2011 et 2016, la prise en charge d’une paire d’audioprothèses par les Ocam a progressé en moyenne de 12 %, avec de fortes disparités : la hausse est en effet de 22 % pour les contrats individuels, alors que les contrats collectifs sont restés stables.