April 3, 2020

L’avant-programme du 42e congrès des audioprothésistes est désormais connu. Les pré-inscriptions sont ouvertes jusqu’au 13 mars.

Le congrès ouvrira ses portes le 27 mars prochain au Palais des congrès à Paris. Le syndicat des audioprothésistes a publié l’avant-programme des deux journées. Lauréat du Collège national d’audioprothèse, AG de l’Unsaf, prix des stands et prix des posters… Les habituels temps forts sont annoncés. Deux dates sont à noter d’ici là: les pré-inscriptions en ligne seront possibles jusqu’au 13 mars. Et les candidats souhaitant participer à l’exposition de posters scientifiques sur le thème de l’audition doivent adresser une présentation de leur projet à Christine Dagain (christine.dagain@wanadoo.fr) avant le 14 février.

 

L’actualité de la profession

 

Le thème de la table-ronde du vendredi n’est pas encore connu mais, dans son édito, Luis Godinho a esquissé les thématiques clés de cette année : « Nous entendons nos patients exprimer à la fois leur satisfaction avec la mise en place de la réforme du 100% santé. Mais nous constatons également leur attentisme dû à un calendrier de mise en œuvre de la réforme plus long que celui des deux autres secteurs concernés : dentaire et optique. Pourquoi un échelonnement dans le temps si long pour l’audioprothèse ? Ne serait-il pas pertinent de demander aux pouvoirs publics une accélération du calendrier pour notre profession ? C’est une question légitime que nous devons nous poser ». Concernant les négociations conventionnelles avec l’assurance maladie, qui se sont ouvertes mi-janvier, le président de l’Unsaf estime que « c’est une nécessité que de disposer d’un cadre conventionnel profondément rénové et équilibré. Le cadre existant n’est plus adapté tant notre environnement a évolué ».

 

Loi anti-cadeaux : application stricte et sans délai


Sans attendre le décret et les arrêtés d’application de la loi anti-cadeaux, les organisateurs ont décidé de mettre en place une charte éthique que tous les participants ayant un stand devront appliquer. Ils ne proposeront aux congressistes que de l’eau et du café, aucune restauration ; les goodies devront être de valeur négligeable ; les autres produits et services ne devront pas dépasser 20 € TTC par année civile et par bénéficiaire (hors échantillons de produits de santé, fournitures de bureau, livres ou revues). Enfin, « les éventuelles animations devront être faites en respectant un caractère exclusivement en rapport avec la profession ». Il faut également noter que depuis fin août tout avantage à caractère d’hospitalité à destination des étudiants est déjà interdit sans exception. Ces mesures ont pour but de donner « une image de notre secteur irréprochable et exclusivement professionnelle », « forte et éthique », précisent les organisateurs dans un mail aux exposants.

 

L’Institut de l’audition à l’honneur

 

Le samedi 28 mars, la journée pluridisciplinaire sera consacrée à une présentation de l’Institut de l’audition par les professeurs Christine Petit, directrice de l’unité de génétique et de physiologie de l’audition de l’Institut Pasteur, professeure au Collège de France et 1ère directrice de l’Institut, et Paul Avan (laboratoire de biophysique sensorielle, faculté de médecine, université Clermont Auvergne).

 

Les thèmes des ateliers

 

Les 4 ateliers suivants se dérouleront sur 3 cessions successives. « Révolution de la pratique de l’audiométrie vocale face aux défis du 100% santé » par Matthieu Del Rio et Yves Lasry. « Enrichir son anamnèse au travers des nouvelles plateformes de test et de digitalisation des données » par Sébastien Gény. « Thérapie sonore 2.0 pour le patient acouphénique / hyperacousique » par Stéphane Gallégo et Philippe Fournier. « Devenir audioprothésiste indépendant… Il n’y a qu’un pas » par Hervé Bouberka et Antoine Blandamour.