August 19, 2022

 

La Drees a publié il y a quelques jours son panorama des dépenses de santé en 2020. Les données concernant l’audio y sont, enfin, détaillées. L’Ouïe Magazine les a analysées et compilées pour vous.

D’une manière très générale, les dépenses de santé en 2020 ont connu leur plus faible augmentation jamais observée (+ 0,4 %), en raison de la pandémie : la prise en charge des malades du Covid-19 a occasionné des coûts supplémentaires, qui ont été compensés par des réductions de la consommation de soins sur certains postes : chez les dentistes, les médecins, dans les transports médicaux…

Les dépenses en audioprothèse représentent 12 % de la consommation de soins et biens médicaux (CSBM) hors optique en 2020. Elles ont continué à progresser l’année dernière – on le sait, les volumes d’aides auditives vendus aux audioprothésistes ont cru de 3 % – mais à un rythme plus lent : + 1,9 % en 2020 après + 0,2 % en 2019, alors que la moyenne annuelle était de + 6,2 % entre 2011 et 2018. La Drees y voit, à raison, l’effet de la réforme 100 % santé et l’instauration de prix limite de vente dès 2019 ; une analyse confirmée par le calcul de l’évolution de l’indice des prix (voir tableau ci-dessous). La Drees remarque également que « seules les dépenses audioprothèses affichent un rebond marqué avec un niveau d’activité au second semestre 2020, 28 % plus important que celui observé en janvier 2020 ».

La dépense totale en audioprothèse représentait 1,28 milliard d’euros en 2020

En 2020, les dépenses en appareils de classe I représentaient 75 millions d’euros sur un total d’un peu moins de 1,3 milliard d’euros, soit 5,9 % de la dépense et 12,1 % du nombre d’appareils (ce qui est logique puisque les aides auditives de classe I sont moins chères que celles de classe II), explique la Drees.

La part des Ocam enfin visibilisée

Pour la première fois, la Drees a pu analyser les prestations des organismes d’assurance complémentaire santé ventilées en fonction des différents paniers car elles ont été rendues publiques dans les données de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Elles ont couvert, en 2020, 297 millions d’euros pour le secteur audio, soit 35,6 % de la dépense sur la classe I et 22,4 % sur la classe II.

Répartition de la prise en charge des aides auditives, par type de financeur, en 2020.

La répartition par financeur est évidemment très différente selon la classe considérée : en classe II, 60,8 % de la dépense globale (soit 733 M€) restaient à la charge des ménages en 2020. La classe I n’était pas encore en reste à charge zéro, mais les premiers effets de la réforme se faisaient sentir : 14,9 % de la dépense totale était alors assumée par les ménages. Ce pourcentage ne devrait d’ailleurs jamais être nul puisqu’une petite proportion des citoyens ne possède pas de couverture complémentaire et/ou n’a pas un contrat responsable ; elle est de ce fait exclue du périmètre du 100 % santé.

Ventilation de la prise en charge complémentaire, par type d’acteur.

Ces chiffres sont des jalons qui permettront les comparaisons avec les prises en charge des deux classes une fois la réforme pleinement entrée en vigueur.
Pour une mise en perspective, on notera que, plus généralement, les Ocam financent 36 % de la dépense en biens médicaux, hors médicaments.

Tous les tableaux sont extraits du Résultats des comptes de la santé – Les dépenses de santé en 2020, édition 2021. Drees.