October 26, 2021

 

 

Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, s’est rendu ce matin dans un centre auditif Amplifon de Paris pour faire part à la presse de sa satisfaction quant au succès de la réforme 100 % santé, dont il est l’un des instigateurs.

 

Olivier Véran a été accueilli sur place par Amaury Dutreil, le président de l’enseigne. Après une visite des locaux, ils ont échangé sur les grands chiffres de l’audioprothèse en 2021 et le boum observé depuis la pleine entrée en vigueur de la réforme 100 % santé. « Une explosion des volumes, au-delà de nos espérances et c’est une bonne nouvelle, ça coûte plus cher à la Sécu mais cela veut dire qu’on fait reculer le non-recours, au-delà de tout ce qu’on avait pu anticiper », s’est réjoui le ministre. Amaury Dutreil a rappelé les données clés : « On a plus de 60 % de nouveaux appareillages, sur tout le territoire, nous allons équiper environ 700 000 personnes cette année, dont 400 000 de primo-appareillages ». « Nous devenons un pays parmi les plus à la pointe alors qu’on était à la traîne », a commenté le ministre.

 

Olivier Véran communique sur la réussite du 100 % santé en audio

« Les aides auditives ne se voient pas du tout… Pour ceux qui croyait que la sécurité sociale n’allait rembourser que des gros machins ! », a plaisanté Olivier Véran.

« En audiologie, cela a décollé au-delà de nos espérances »

Olivier Véran a ensuite discuté avec une patiente équipée de fraîche date en classe I. Danielle Soropides, 80 ans (en photo ci-contre avec Olivier Véran), lui a expliqué avoir attendu 2 ans, après un premier audiogramme montrant sa perte auditive, pour s’équiper car ses moyens ne lui permettaient pas : « le problème, c’était le coût, j’ai un petit budget ». Elle est en cours d’essai et témoigne du confort de ses appareils et du fait qu’elle réentend des sons qu’elle ne percevait plus, comme la VMC. Rebondissant sur ce témoignage, Olivier Véran est revenu sur l’historique de la réforme, racontant qu’en 2016 il avait proposé à Emmanuel Macron de concevoir une réforme qui lève le frein financier à l’accès aux soins en audio, dentaire et optique. « Je suis fier que la France soit le pays où maintenant on peut bénéficier pour les dents, les yeux ou l’audition d’appareils pris en charge par la solidarité nationale… Et qu’on ne soit plus obligé de renoncer à bien entendre, a développé le ministre. On sait que [mal entendre] fatigue plus vite le cerveau, il peut y avoir de l’isolement social (…) et après on perd de l’autonomie. En audiologie, cela a décollé au-delà de nos espérances (…) ce qui veut dire qu’il y avait une vraie attente et qu’on répond à un besoin. »

 

Prix moyen, volumes, tiers payant: Lire notre article sur les chiffres communiqués par le cabinet d’Olivier Véran

 

« Vous avez assez de professionnels pour suivre la demande ? »

Le ministre a interrogé Amaury Dutreil sur les éventuels besoins en termes de recrutements. « Il y a un vrai souci : il n’y

« Les aides auditives ne se voient pas du tout… Pour ceux qui croyait que la sécurité sociale n’allait rembourser que des gros machins ! », a plaisanté Olivier Véran.

“Il faut appareiller, bien sûr, mais ensuite il faut bien s’assurer que l’appareillage est une réussite et que l’observance est bonne dans le temps”, affirme Amaury Dutreil.

a pas assez d’audioprothésistes. On compte environ 4300 audioprothésistes, 6500 centres ; si nous voulons réaliser des appareillages de qualité, mais aussi s’occuper de manière très consciencieuse du suivi, il faudra un effort sur le numerus clausus », a expliqué le président d’Amplifon. « Ok, bien pris », lui a répondu Olivier Véran.

Par ailleurs, Amaury Dutreil a expliqué au ministre de la Santé que si l’âge moyen de 1er appareillage restait, pour l’heure stable, il misait sur sa baisse, à court terme : « On constate une accélération de l’équipement des jeunes seniors mais c’est masqué par le fait que des gens de 75, 80 ans, parfois plus, se disent “J’y vais”. La moyenne ne bouge pas car il y a cet effet de rattrapage mais je pense qu’on va voir émerger assez fortement un rajeunissement de l’appareillage, ce qui est une bonne nouvelle ! ».