November 17, 2019

A l’occasion de la 2e Semaine de la santé auditive au travail, l’association JNA rend publics les résultats d’un sondage sur ce thème.

 

Afin d’objectiver les effets délétères d’un environnement sonore bruyant dans les entreprises, la JNA a, pour la seconde fois, fait réaliser un sondage par l’Ifop*. Il en ressort que plus d’un actif sur deux (52 %) se déclare personnellement gêné par le bruit sur son lieu de travail. Les jeunes de 25 à 34 ans sont proportionnellement plus nombreux à l’exprimer (57 %) que la moyenne, tout comme les ouvriers, tous âges confondus (60 %). Les personnes interrogées ont conscience que cela peut avoir des conséquences très négatives. Parmi elles, les répondants sont plus de 70 % à citer : fatigue, perte d’attention, maux de tête, stress. Questionnés sur ce qu’ils ressentent eux-mêmes, 57 % estiment que le bruit porte atteinte à leur efficacité au travail ; une constatation plus marquée parmi les professions intermédiaires (67 %) et chez les cadres (63 %).

Autant de chiffres qui permettent d’attirer l’attention des chefs d’entreprises et managers sur les implications des nuisances sonores en termes de baisse de concentration et de productivité.

 

 

* Auprès d’un échantillon de 708 répondants de plus de 18 ans, représentatif des actifs en poste.