July 3, 2020

L’enseigne créée en 2014 a récemment rejoint le Syndicat national des entreprises de l’audition, qui compte aujourd’hui 11 membres.

 

L’enseigne Sonance rassemble aujourd’hui 90 centres pour 54 audioprothésistes. Son président et cofondateur Laurent Buri explique les raisons de son entrée* au Synea : « en tant qu’audioprothésiste je connaissais essentiellement l’Unsaf, auquel la plupart des audioprothésistes Sonance adhèrent. Suite à notre développement assez rapide, nous avons été contactés par des membres du syndicat pour les rejoindre. J’étais au départ assez sceptique quant à notre place dans cette organisation, mais après avoir participé à deux réunions j’ai été convaincu qu’elle y était justifiée. Elle regroupe la plupart des enseignes, quel que soit leur positionnement commercial. Les discussions sont ouvertes et constructives, avec une vision plutôt moderne et progressiste de notre profession. »

 

Guillaume Flahault, président du Synea, se réjouit de l’intégration de Sonance : « c’est une enseigne neuve, qui porte un regard neuf sur la profession et montre que modernité et exigence font bon ménage. Elle apporte l’expertise d’un réseau d’audioprothésistes entrepreneurs dédiés à l’audition, qui vient enrichir la composition du Conseil d’administration du Synea. En effet, nous sommes fiers d’y associer à la fois des enseignes d’indépendants ou associés (Audilab, Entendre, Audio 2000, Sonance), des entreprises succursalistes (Audika, Amplifon, Audition Santé, Vivason, GrandAudition) des entreprises dédiées à l’audition et des entreprises également présentes dans l’optique (Krys Audition, Optical Center). »

 

En tant qu’audioprothésiste, Laurent Buri « espère pouvoir apporter son expertise professionnelle ». En tant que dirigeant d’une enseigne d’indépendants, il va « défendre les intérêts des audioprothésistes, et cette valeur d’indépendance qui (lui) chère ». Le périmètre d’action de Sonance au sein du Synea n’est pas encore arrêté, mais son dirigeant a d’ores et déjà accepté de travailler sur la téléaudiologie et va avoir ses premières réunions avec la HAS (Haute autorité de santé) pour définir les possibilités d’utiliser le télésoin dans la profession. De manière générale, le chantier prioritaire du syndicat « est la réussite de la mise en œuvre de la réforme 100 % santé, dans l’union avec les autres instances syndicales (Unsaf et Synam) », déclare de son côté Guillaume Flahault.

 

 

*Les modalités d’adhésion d’une enseigne au Synea sont les suivantes : le Conseil d’administration se prononce sur la base d’une candidature formelle présentée par une entreprise. Le syndicat demande ensuite à cette dernière d’adhérer à la charte de l’audioprothésiste et aux bonnes pratiques du métier telles qu’elles sont décrites dans le Livre Blanc de la profession publié en 2017.